Stage de méthode Alexander

Jeudi dernier, j’ai participé à un stage de méthode Alexander. La méthode Alexander a pour objectif d’améliorer la conscience de son propre corps pour en corriger ainsi le fonctionnement. Par le juste positionnement de son axe tête-cou-dos (appelé « contrôle primaire), le pratiquant apprend à mieux organiser ses mouvements, à trouver la position offrant le plus de stabilité, à ne pas dépenser inutilement son énergie,…

Philosophie

Plus qu’un simple stage de position, la méthode Alexander se base sur un certain nombre de principes. En voici quelques uns.

Raisonner en terme de moyens à mettre en œuvre plutôt qu’en terme de buts à atteindre

Si au bout de la longueur de la piste, on souhaite faire une transition descendante, plutôt que de visualiser la transition en elle-même, il faut visualiser ce qu’on va mettre en œuvre comme aide (de mains, de jambes, d’assiette) pour indiquer au cheval ce que l’on souhaite. C’est, je trouve, particulièrement vrai pour les mouvements qu’on ne maîtrise pas encore très bien. Si je prévois de faire un changement de pied au galop, par exemple, je sais que dans les dernières foulées avant j’ai tendance à m’oublier au profit de l’objectif a atteindre. Demandez-moi après coup quelle était la position de mes jambes ou quelle tension j’avais dans mes épaules, je serais bien incapable de le dire…

21-05-2017 moresnet 2

Focalisée sur mon contre-galop à maintenir dans la courbe à venir, j’en contracte tout le haut de mon corps, et je sors de la selle (d’ailleurs, cette fois-là, il m’avait volé un changement de pied dans le tournant suivant – CQFD )

Les interactions constantes entre le physique, le mental et l’émotionnel.

C’est un des fondements de la méthode Alexander. Ces trois aspects s’influencent les uns les autres. C’est le coup classique de la personne anxieuse et crispée versus la personne sereine et détendue.  Le sujet a été abordé mais pas vraiment en profondeur et mériterait d’être approfondi. En un jour, ceci-dit, on ne peut pas tout faire.

« Que puis-je faire de moins pour que cela aille mieux ? »

Quand on analyse un mouvement après coup (une transition, une courbe, un allongement,…) dans l’optique de l’améliorer, il conviendra toujours de se demander quel mouvement ou quelle tension sont superflus avant d’essayer d’ajouter quoi que ce soit. J’avais déjà parlé de cette approche il y a quelque temps dans une publication à propos de la recherche de légèreté dans l’équitation. C’est une démarche qui me parle beaucoup. Par exemple : Le cavalier a-t-il changé son équilibre ? Y a-t-il eu des mouvements involontaires des mains ? Ses jambes se sont-elles crispées ou déplacées ? …

Déroulement de la journée

Le stage se déroulait en trois parties :

  • une première au sol pour appréhender sa position en statique. A l’aide notamment de gros ballons suisses, on a fait beaucoup d’exercices sur le contrôle primaire (axe tête-cou-dos), sur la stabilité de la position et sur la gestion du tonus musculaire.
Capture ballon suisse

A gauche: antéversion du bassin, le bassin incliné trop en avant. Au milieu: position normale. A droite: rétroversion du bassin, le bassin incliné trop en arrière.

  • une deuxième à la longe, cette fois la position est dynamique et s’adapte au mouvement du cheval mais on peut ne se concentrer que sur soi sans se préoccuper de diriger le cheval. On ne le fait pas assez souvent (voire jamais), par manque d’envie, parce qu’il faut demander de l’aide à une personne,… Et pourtant, qu’est ce que ça fait du bien!
  • une troisième séance à cheval pour analyser les interactions entre les mouvements du cavalier et les réactions du cheval.

Cette dernière a été particulièrement intéressante pour moi. Pica n’étant monté quasiment que par moi depuis maintenant trois ans, il a développé toute une gamme de stratégies pour compenser mes asymétries. Il agît d’ailleurs comme un magnifique amplificateur de mes défauts.

La preuve en image :

stage alexander illustration

Pica a très souvent tendance à incliner sa tête sur le coté. Après m’être longtemps posée des questions sur l’utilisation de ma main, j’ai enfin pu me rendre compte que le problème venait en fait de mes épaules. Tension dans l’épaule droite, inclinaison de la tête vers la droite, tension dans l’épaule gauche, inclinaison vers la gauche !

=> Prendre conscience du problème, c’est la première étape vers sa résolution. Maintenant, il n’y a plus qu’à…

Pour ceux qui désirent en savoir plus:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s